MUSHIN DOJO AIKIDO

Club d'Aïkido Kobayashi à Marseille
Quartier Prado-Bonneveine - 8ème Arrondissement


Unsplashed background img 1

Aikido Et KobayashiAïkido & Kobayashi

L'aïkido 合気道 est un art martial japonais (budo), fondé par Morihei Ueshiba entre 1925 et 1960. L'aïkido a été officiellement reconnu par le gouvernement japonais en 1940 sous le nom d’aikibudō. Il a été créé à partir de l'expérience que son fondateur avait de l'enseignement des koryu (écoles d'arts martiaux anciennes), essentiellement le ju-jitsu de l'école daitō ryū, le kenjutsu (art du sabre japonais) et l'aikijutsu. L'aïkido est né de la rencontre entre ces techniques de combat et une réflexion métaphysique de Morihei Ueshiba sur le sens de la pratique martiale à l'ère moderne.

L'aïkido se compose de techniques avec armes et à mains nues utilisant la force de l'adversaire, ou plutôt son agressivité et sa volonté de nuire. Ces techniques visent non pas à vaincre l'adversaire, mais à réduire sa tentative d'agression à néant. L'aïkido peut être considéré comme la concrétisation du concept de légitime défense : une réaction proportionnée et immédiate à une agression. En fait, dans l'esprit de l'aïkido, il n'y a pas de combat, puisque celui-ci se termine au moment même où il commence. Conformément à cette logique, il n'existe pas de compétition d'aïkido excepté dans le style Shodokan.


"Blesser un adversaire, c'est se blesser soi-même. Contrôler une agression sans infliger de blessure, c'est l'Aïkido" (O Senseï)
Unsplashed background img 2

Aikido O SenseiO Senseï Morihei Ueshiba

Comme la plupart des budō modernes (judo, karaté, kendo…), l'aïkido est l'héritier des arts martiaux développés durant les périodes de guerre, qui furent modifiés lors des périodes de paix (ère Tokugawa) et de la disparition de la classe des samouraïs (restauration de Meiji).

Morihei Ueshiba était un fervent pratiquant shinto, et il avait par ailleurs une expérience réelle de la guerre : il participa à la Guerre russo-japonaise, et nombre de ses élèves moururent durant la Seconde Guerre mondiale. Son parcours, emblématique d'une authentique réalisation spirituelle, le conduisit à recevoir la révélation de nouvelles techniques martiales, et à devoir nous transmettre l'« art de paix », dont le but serait d'améliorer l'Homme, d'un point de vue physique mais surtout comportemental (tolérance et paix) et spirituel.

Moriteru Ueshiba, le Doshu ("Maître de la Voie") actuel, est le petit fils de O Senseï.


Le dojo de la Maison des Sports Bonnefon
Unsplashed background img 3

Aikido O SenseiHirokazu Kobayashi

Hirokazu Kobayashi (小林 裕和, Kobayashi Hirokazu) est un aïkidoka japonais, né le 14 décembre 1929 et décédé le 28 août 1998 au Japon. Disciple direct de Morihei Ueshiba, fondateur de la discipline, il fit partie des élèves envoyés en une partie de l'année en Europe pour y diffuser la discipline au cours des années 1960. Le 8e dan lui fut décerné en 1970. Adolescent, il pratique le kendo, le judo et le karaté. En 1946, son instructeur de karaté lui fournit une lettre de recommandation pour aller étudier l'aïkido auprès de son fondateur, Morihei Ueshiba.

Durant sa période d'étude à Tokyo, il fut un des élèves proches de Morihei Ueshiba, l'accompagnant à la fois dans son enseignement et dans la vie quotidienne. Hirokazu Kobayashi devint à cette époque un ami de Morihiro Saito, qui partageait sa situation. La plupart du temps, Ueshiba faisait appel à Saito comme uke pour démontrer les techniques à mains nues, et à Kobayashi pour les techniques impliquant le sabre.

À partir de 1954, Kobayashi s'installe à Ōsaka, se partageant entre l'enseignement de l'aïkido aux étudiants des universités de la ville et de Kobe et l'accompagnement de Ueshiba lors de ses déplacements. À cette époque, Morihei Ueshiba venait pratiquement chaque mois à Ōsaka donner des cours intensifs. À compter de 1959, il commence à se rendre à l'étranger, notamment aux États-Unis et en Australie.

En 1964, Morihei Ueshiba lui décerne le grade de 7e dan et lui demande de se rendre en Europe afin d'y propager l'aïkido. Il se rendit pour de longues périodes en Allemagne, en France ou en Italie. Il poursuivit ces visites régulières en Europe jusqu'en 1997, formant un ensemble d'enseignants européens qui se réclament aujourd'hui de son influence. Il demeura jusqu'à sa mort un membre de l'Aikikai.


Unsplashed background img 2

Aikido O SenseiJean François Riondet

Fondateur du Bu Iku Kan, 6ème Dan et brevet d'état, J.F. Riondet pratique l'aïkido depuis l'âge de 14 ans. De 1975 à 1978 il est l'élève de Kobayashi et de Narayama. Il assiste Kobayashi Sensei lors des stages européens, puis le remplace a partir de 1988.

En 1962, Jean-François Riondet commence à pratiquer par le judo à Marseille. Il a douze ans. En 1964 il part pour Paris poursuivre ses études. Alors qu'il cherche à s'inscrire à un cours de judo, à la dernière minute, il change d'avis. L'aïkido ? Pourquoi pas ! Il deviendra un fervent pratiquant. Pendant dix ans, Jean-François suit avec assiduité les cours de Maître Nocquet, à Paris. Il devient son assistant et le suit tous les étés à La Baule.

Article sur maître RIONDET sur Aikido Journal

A partir 1968, il s'entraîne régulièrement à Marseille avec Jean-Daniel Cauhepe. En 1973 il obtient son brevet d'état de professeur de Judo, Aïkido, Karaté et méthodes de combat assimilées (option principale aïkido). En 1974, lors du stage d'été de la Baule il rencontre Hirokazu Kobayashi Shihan. Séduit par l'homme comme par le Senseï, Jean-François lui emboîte le pas dans sa tournée européenne (5 mois/an).

En 1975, il part le rejoindre au Japon, à Osaka. Il est pris en charge par l'un des assistants de Kobayashi Shihan, Maître Naryama, qui suit le double enseignement de Senseï Kobayashi et de Senseï Tomiki (le seul Senseï qui ait développé la compétition en aïkido) A ce jour Naryama Shihan est le directeur technique de la Japan Aïkido Association Shödökan, pour la région d'Osaka. De 1975 à 1978, il séjourne au japon. Jean-François Riondet se donne à fond, il pratique l'aïkido huit heures par jour. Que ce soit dans des dojos privés, à l'université et même à l'école de police d'Osaka, où Senseï Kobayashi l'enseigne aux cadres. Entre deux entraînements, il rencontre Tomoko, qui deviendra sa femme.

De retour en Europe, il assiste Senseï Kobayashi dans ses tournées européennes d'hiver et d'été (5 mois/an). Le reste du temps il pratique au Sansakura dojo à Aix-En-Provence et dans les dojos de la Provence. En 1982, il crée son dojo, le BU IKU KAN PROVENCE à Gardanne. A partir de 1985, il enseigne dans plusieurs clubs, ses élèves ouvrent leurs dojos à Aix, Gardanne, Aubagne, La Ciotat et Marseille. Il crée une section d'Aïkido au sein de la légion étrangère d'Aubagne. A partir de 1988, il remplace Senseï Kobayashi en Europe avec les autres assistants du maître, pour la tournée européenne d'hiver.